En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous assurer le meilleur fonctionnement du site et d’analyser notre audience.

News News

Retour

Discours de fin d'année 2021

Date de publication
27/12/2021

 

Discours de fin d'année 2021

Valérie DUPONG, 
Bâtonnière

 

 

 

 

Chères consœurs, chers confrères,


 

Nous voilà arrivés à la fin d’une année pleine de rebondissements et d’évènements qui ont retenu notre attention professionnelle et privée.
 

Je ne vais pas vous parler ici de la pandémie qui a continué à nous frapper, sauf pour vous dire que les membres du Barreau ont, pour la majorité, fait preuve d’une grande résilience face aux défis qui leur étaient posés et ceci quelle que soit la matière dans laquelle ils pratiquent.
 

Le Conseil de l’Ordre a toutefois aussi fait le constat d’un nombre de démissions, de détresses financières et de fragilités émotionnelles plus importantes que d’habitude. Nos services et les avocats volontaires de la cellule « écoute » ont fait un travail plus qu’appréciable pour venir en aide à ces confrères en difficultés. J’espère pouvoir bientôt vous présenter le projet du barreau social dans sa version finalisée.
 

Nous exerçons une profession extraordinaire dont un des signes distinctifs est la robe que nous avons tous portés au moins une fois, le jour de notre assermentation. De cette robe dont les origines remontent au moyen âge et se confondent probablement avec celle des soutanes des prêtres, on nous dit qu’elle permettait en ces anciens temps de distinguer l’avocat des autres citoyens et d’affirmer son indépendance. Tout un symbole.
 

« Pas de justice sans l’indépendance des avocats » était le sujet de la journée européenne 2021 de notre profession. Cette indépendance pour le maintien de laquelle nous nous battons, d’autres avocats n’en profitent plus depuis longtemps.
 

En cette fin d’année, nous devons ainsi penser aux confrères partout en ce monde qui sont torturés, persécutés et assassinés pour avoir simplement exercé leur profession. Consacrons un moment à l’avocate philippine Hilda MAHINAY-SAPIE assassinée avec son époux le 14 juillet 2021 devant leur domicile. Elle donnait des conseils juridiques gratuits aux démunis, notamment en matière de droits de propriété agricole, à travers son émission à la radio « Justice Redeemer ». Hilda MAHINAY-SAPIE n’hésitait pas à exprimer librement ses opinions politiques.
 

N’oublions pas non plus les magistrats et avocats afghans. Poursuivis, menacés, recherchés, les avocats afghans tels que Latifa SHARIFI, spécialiste du droit des femmes, cherchent désespérément à fuir leur pays avec leurs familles.
 

Suite à un appel d’organisations internationales tels que le Conseil des barreaux européens, les magistrats et les avocats de tous les pays européens ont discrètement circulé en automne des listes de juges et avocats afghans en danger aux autorités internationales, européennes et nationales. Le Barreau de Luxembourg a intercédé en faveur de ces réfugiés auprès du Ministère de la Justice. Deux familles de magistrats ont entretemps pu être accueillies au Luxembourg avec le soutien du Ministre des Affaires Etrangères.
 

Tous les acteurs du judiciaire œuvrent ensemble pour protéger et défendre une justice indépendante et impartiale, pilier de l’Etat de Droit et rempart des démocraties.
 

Je tiens à remercier le Ministère de la Justice et la magistrature pour l’attention portée aux soucis du Barreau et l’excellente collaboration sur de nombreux dossiers communs.
 

Je suis aussi très fière de vous annoncer que la Ministre de la Justice a demandé au Barreau de Luxembourg de participer à partir de janvier 2022 en tant que co-expert auprès du Conseil de l’Europe aux travaux de préparation d’une convention internationale pour une meilleure protection de la profession d’avocat.
 

Une des garanties de l’indépendance et de la protection de notre profession est son auto-régulation. Cette auto-régulation est entre les mains des instances ordinales du Barreau, mais chaque avocat participe au maintien de sa liberté d’agir en respectant les règles déontologiques imposées par le législateur et l’Ordre auquel il appartient. Que vous pratiquiez plutôt le conseil ou la défense, et d’ailleurs peu importe la spécialisation que vous avez choisie, pensez à ces principes dans l’exercice de votre noble travail au service de vos clients.
 

Les membres du Conseil de l’Ordre et les employés de la Maison de l’avocat se joignent à moi pour vous souhaiter de passer de très bonnes fêtes de fin d’année et de continuer à pratiquer en 2022 avec beaucoup de succès la plus belle des professions qui soit.

 

Valérie DUPONG
Bâtonnière